Commercialisé aux Etats-Unis au prix de 200 dollars, le Kindle Fire d’Amazon, s’apprête à être disponible dans le reste du monde. Nous l’avons prise en main en avant-première grâce à Qoqa.fr, une sympathique e-boutique qui propose un produit par jour à un prix souvent cassé. Il y a quelques semaines, c’est la tablette Kindle Fire qui a ainsi été commercialisée.

Techniquement parlant, elle intègre un écran IPS de 7 pouces pour une résolution de  1024 x 600 pixels et des dimensions relativement compactes de 190 mm x 120 mm x 11.4 mm pour 413 grammes.

Avec ses 8 Go de mémoire embarquée (6 disponibles par l’utilisateur), en plus du stockage sur le cloud d’Amazon, elle propose de nombreux services dont un accès à 1 million d’ebooks dont 50 000 gratuits, 10 000 films et séries TV, 18 millions de musiques et plusieurs milliers d’applications via l’Amazon App Store. Avec une autonomie de 8 heures en utilisation continue de livres ou 7 heures et demi en mode vidéo, elle concurrence les autres tablettes du marché en terme d’autonomie.

Pour le reste, cette tablette sous Android qui dispose d’une interface utilisateur entièrement modifiée par Amazon (on ne voit quasiment plus que la tablette est sous Android), intègre le WiFi, deux haut-parleurs, une prise audio jack de 3,5 mm et une compatibilité avec les formats : Kindle (AZW), TXT, PDF, MOBI non protégés, PRC natifs, Audible (Audible Enhanced (AA, AAX)), DOC, DOCX, JPEG, GIF, PNG, BMP, non-DRM AAC, MP3, MIDI, OGG, WAV, MP4, VP8.

A noter que le Kindle Fire est livré à l’international depuis quelques jours. Seul problème, Amazon ne livre pas la tablette dans les pays où les précédents Kindle de la marque ont déjà été commercialisés. Dernier détail, le Kindle Fire d’import nécessite un VPN US pour accéder aux films en VOD (gratuits pendant un mois) ou au kiosque à journaux d’Amazon.com. Il ne permet pas pour le moment d’installer des applications (mêmes gratuites) depuis la France.