Alors que les opérateurs téléphoniques et constructeurs de mobiles se frottent les mains en attendant les fêtes de fin d’année, une enquête GfK vient rappeler à ces derniers qu’un petit peu de pédagogie pour apprendre aux Français à franchir le pas ne serait pas du luxe.

En effet, on apprend que ce n’est pas le coût et la marque qui freine le passage au smartphone pour les Français mais surtout les usages. Dans le top 3 des obstacles : « un changement des fonctions et des applications que j’utilise », « devoir apprendre à utiliser un nouveau type de smartphone » et « avoir à transférer tout mon contenu multimédia (musique, vidéo, livres, applications) de l’ancien au nouveau smartphone ».

Pour François-René Crocquet, Directeur d’études, pôle Services, Business & Technology,  : « Les facteurs qui freinent le changement de smartphone sont le reflet d’une mentalité séculaire : « on ne change pas ce qui marche« . Il ajoute : « Les fabricants de smartphones à même d’offrir une expérience utilisateur harmonieuse augmenteront significativement la fidélité de leurs clients. Ces derniers seront alors moins tentés de changer de système d’exploitation, et ce, d’autant moins s’ils sont également utilisateurs de tablettes (…). Les entreprises qui dominent le marché et qui inventent une expérience utilisateur hors du commun sont potentiellement dans la position la plus forte, et seront les plus difficiles à concurrencer ».

Sur la question de la fidélisation, plus une marque de smartphones propose des applications et des services (au moins jusqu’à sept applications) et moins le client est tenté d’aller voir ailleurs. Ainsi, l’enquête réalisée en France, aux USA, en Grande-Bretagne, au Brésil, en Chine, en Allemagne, au Japon et en Espagne nous apprend que 46% des Français utilisent sept applications ou plus contre 61% des Américains et 53% des Chinois. Les Anglais sont bon derniers avec 42% d’usagers.

Les attentes sur les usages sont également différents selon que l’on soit à l’Ouest ou à l’Est. Ainsi les Européens « privilégient la facilité d’utilisation à l’intégration ou à l’accès au contenu » tandis qu’en Chine, il est primordial d’accéder aux contenus.

Les utilisateurs des pays d’Europe de l’Ouest privilégient la facilité d’utilisation à l’intégration ou à l’accès au contenu. Par exemple, en Allemagne, 84% des consommateurs pensent que la facilité d’utilisation d’un smartphone est le facteur le plus important, alors que l’accès à leur contenu via différents terminaux leur importe moins (64%). Au contraire, les utilisateurs Chinois trouvent crucial l’accès à leur contenu depuis différents terminaux (92%).

Tout le défi pour les constructeurs de smartphone est d’arriver à faire changer les clients de produits sachant que 72% des sondés « ont déclaré qu’ils trouvaient facile d’accéder à leurs applications et de naviguer dans les menus » depuis leurs smartphones habituels.

Enfin sur la question de la bibliothèque numérique (applications, livres, photos, vidéos, musique,…) de chaque utilisateur, 72% d’entre eux  estiment crucial de pouvoir y accéder depuis un appareil (PC, tablette et smartphone) connecté à internet.

Bref, y a des nuits blanches qui s’annoncent pour certains….