Près d’un an après l’attribution par l’Arcep, le régulateur des télécoms, de la tant convoitée quatrième licence 3G à Free Mobile, les premiers forfaits sont désormais disponibles… à prix cassé. Xavier Niel, le fondateur et directeur de la stratégie d’Iliad – maison mère de Free – a en effet respecté son engagement de diviser les prix des forfaits mobiles par deux ! Les offres d’Orange, SFR, Bouygues ou des MVNO ne sont en revanche pas pour autant obsolètes…

 

 

 

 

Un forfait « idéal » à 20 euros par mois

Inventée sur un coin de table en 2007 par Xavier Niel et Rani Assaf, le directeur technique de Free, l’offre Free Mobile n’a pas changé d’un iota cinq ans avant son lancement officiel ! Après une campagne marketing qui a duré plusieurs mois et qui a eu pour objectif de ringardiser les offres de SFR, Orange et Bouygues Telecom, Free Mobile a en effet dévoilé le 10 janvier dernier ses deux premières offres. Pour 19,99 euros par mois (15,99 euros pour les abonnés Free), les futurs clients de l’opérateur peuvent accéder au « forfait idéal » si l’on en croit les propos tenus par Xavier Niel. Au menu, des appels illimités vers les fixes et/ou mobiles en France métropolitaine et dans 39 autres pays (USA, Canada, Europe, …), les SMS et MMS illimités, un accès illimité aux 4 millions de hotspots FreeWiFi, et l’Internet 3G (débits réduits au delà de 3 Go consommés). L’offre diffère des forfaits des opérateurs historiques par le fait qu’elle est sans engagement et qu’elle ne propose pas de mobile subventionné en pack. Via ses différents partenaires financiers, dont Sofinco, le mobinaute devra en effet acheter son mobile à crédit sur le site de Free.

 

Un forfait « low cost » à 2 euros par mois, gratuit pour les clients Free ADSL/fibre

« Nous avons hésité à lancer un tel forfait mais nous trouvions aberrant de parler de forfait mobile social lorsqu’il est facturé 10 euros par mois chez les autres opérateurs. En plus du hors-forfait. Les opérateurs se sucrent sur le dos des plus pauvres ». C’est en ces termes que Xavier Niel a présenté son offre mobile « low cost » facturée 2 euros par mois… et offerte aux actuels clients de Free. Et c’est une première sur le marché. Pour 2 euros par mois, le mobinaute a accès à 60 minutes d’appels et 60 SMS. La minute hors forfait est facturée 5 centimes contre 38 centimes chez SFR et Orange ou 25 centimes chez Bouygtel. Attention cependant, le robin des bois auto-proclamé des télécoms n’autorise qu’un seul forfait gratuit par client Free. Et si vous faites partie des 4,7 millions de clients ADSL/fibre de Free, sachez que vous ne pourrez souscrire à plus d’une offre Free Mobile réservée aux clients de l’opérateur. Le client Free Mobile devra faire un choix : souscrire à un forfait à 16 euros par mois ou à un forfait « gratuit ».

 

 


Un téléphone acheté à crédit… pas toujours avantageux

Que vous ayez souscrit un forfait « Free » à 16 euros par mois ou un forfait « 2 euros », le client Free Mobile pourra également disposer d’un mobile en pack… à crédit. Pour l’heure, seuls sept mobiles – non simlockés et non subventionnés – sont disponibles en pack : Apple iPhone 4/4S, ZTE F160, Huawei U8350, ZTE Blade S, Samsung Galaxy Y, Samsung Galaxy Ace et Samsung Galaxy S II. Le BlackBerry Curve 3G est indiqué comme « prochainement disponible ». Et sur les sept mobiles en stock, seuls six peuvent être achetés à crédit. Le Galaxy S II doit être acheté en une seule fois pour la modique somme de 541 euros. Seul souci, il est vendu 100 euros moins cher chez certains cyber commerçants. Comment fonctionne l’achat d’un mobile à crédit chez Free Mobile ? Le processus est simple : il faut payer un certain montant à la commande et ensuite s’acquitter de 12, 24 ou 36 mensualités. Pour un client Free Mobile qui souhaite acquérir un iPhone 4S (32 Go) en pack, il devra ainsi régler 49 euros à la commande, puis 21,99 euros par mois pendant 36 mois ou 32,99 euros par mois pendant 24 mois. A noter que pour le moment, Free mobile ne propose pas de messagerie visuelle vocale. Au final, l’addition s’avère assez salée, l’iPhone 4S 32 Go revenant à 840,64 euros avec un paiement en 36 mensualités contre 840,76 euros avec 24 mensualités. A titre de comparaison, l’iPhone 4S 32 Go est vendu 739 euros sur le site d’Apple. L’offre d’achat à crédit d’un iPhone 4S 32 Go chez Free Mobile, et annoncée comme sans frais, coûte en fait… une centaine d’euros.

 

 

 

Objectif : 25% de parts de marché

Le quatrième opérateur mobile a passionné les médias et le web le 10 janvier dernier, date de sortie officielle des forfaits Free Mobile. Le site live.free.fr qui retransmettait en direct la conférence de presse a été accédé par 4,6 millions de visiteurs uniques. Le flux vidéo a été quant à lui suivi simultanément par 450 000 internautes. En revanche, la fusée Free a eu du retard à l’allumage. Les deux premiers jours suivant le lancement de Free Mobile, le site mobile.free.fr, permettant de s’inscrire à l’une des offres de l’opérateur, a été quasiment inaccessible. Mais cela ne gêne en rien l’objectif pour Xavier Niel de conquérir à terme 25% de parts de marché en France. Et ce grâce à une assistance technique dédiée (plus d’un millier de techniciens ont été embauchés pour Free Mobile) et à un réseau de boutiques physiques qui sera progressivement déployé dans l’Hexagone. Si aujourd’hui moins de cinq « Free Center » sont ouverts (le premier est installé à Rouen), ce sont 420 boutiques qui seront ouvertes d’ici 2018.

 

Free Mobile : de nombreuses zones d’ombre

L’offre Free Mobile est annoncée comme simple à comprendre avec une seule page de conditions générales de vente, contre plusieurs dizaines pour celles d’Orange, SFR ou Bouygtel, et seulement deux forfaits mobiles. En pratique, la situation est toute autre. D’abord parce qu’il subsiste encore quelques zones d’ombre. Si un mobile est acheté à crédit, que se passe-t-il si le Freenaute se désabonne de Free Mobile, l’offre étant sans engagement ? Devra-t-il payer la totalité du prix du mobile ou continuer à verser ses mensualités ? Que se passe-t-il si le réseau de Free tombe en panne ? Que se passe-t-il si la carte SIM de Free Mobile est insérée dans une tablette ? Autant de questions pour l’heure sans réponse. Sachez enfin que si la carte SIM Free Mobile est gratuite pour les nouveaux clients ou pour ceux qui choisissent la portabilité du numéro (pour converser son numéro de mobile), elle est payante (10 euros) pour les Freenautes qui veulent bénéficier d’un nouveau numéro de mobile. Sachez également que pour utiliser le réseau Free mobile sur smartphone, il faudra nécessairement activer l’itinérance des données. Attention donc au hors-forfait si vous allez à l’étranger. Cela s’explique en partie par le fait que le réseau de Free Mobile est uniquement 3G et couvre environ 30% de la population. L’opérateur utilise le réseau d’Orange (en 2G et/ou en 3G) pour assurer à ses clients une couverture de près de 98% de la population.