Asus a toujours souhaité se démarquer au milieu de la déferlante des tablettes Android et c’était déjà chose faite avec son EeePad Transformer. Aujourd’hui, la marque revient avec une nouvelle tablette offrant un clavier coulissant et assurant un meilleur confort de frappe.

Vous reprendrez bien un peu de claviers avec votre tablette ? Effectivement, ce n’est pas un mais deux claviers différents qui sont proposés par l’EeePad Slider. L’un est virtuel, l’autre est physique et entièrement greffé à la tablette. En effet, si l’EeePad Transformer bénéficie d’un clavier amovible et optionnel qui la fait basculer en un véritable netbook hybride tactile, l’EeePad Slider, elle, est équipée d’un clavier coulissant parfaitement intégré.

Un look classique

Pas de changement côté design. Si vous avez vu passer l’Asus EeePad Transformer, alors vous ne serez pas surpris par le design sobre, élégant et passe-partout de l’EeePad Slider. Plus longue que large, la tablette bénéficie d’un écran 16/9e. Rien à redire concernant ses finitions. Les plastiques utilisés sont de bonne qualité et semblent solides, idéal donc pour le transport. Le choix du bicolore gris et noir est de bon goût. Quant à l’écran de 10,1 pouces, celui-ci laisse apparaître les traces de doigts. Exit les boutons physiques sur la face avant de la tablette, mais ceci n’est pas dérangeant. HoneyComb propose trois boutons virtuels permettant de revenir sur la page d’accueil (Home), en arrière, et de lancer le gestionnaire de tâches.

Clavier à double tranchant

La dalle tactile de la tablette est fixée à son support par une double charnière, malheureusement peu pratique à actionner. Même en appuyant solidement avec les pouces, il n’est pas envisageable de faire coulisser le clavier. Pour le faire apparaître, il vous faudra user de ruse en tirant le haut de la tablette d’une main tout en tenant le socle de l’autre (technique périlleuse qui ne laisse aucune chance à votre écran que vous tentez de garder propre). Petit bémol et non des moindres puisque l’ergonomie de la tablette est entachée. Le nom “Slider” perd ici tout son sens. Après l’effort, le réconfort ! Vous pourrez bénéficier d’un clavier azerty aux touches assez larges et bien espacées, évitant ainsi au maximum les fautes de frappe. Il faudra se passer d’un touchpad et mettre le doigt à l’écran pour déplacer le curseur. Si le socle paraît un peu fragile et peu résistant, il n’en est pas moins stable, une aubaine pour les nomades. Enfin, l’inclinaison du clavier est idéale pour regarder des films sur la tablette.

Merci Honeycomb

C’est Android 3.1 Honeycomb qui vous accueille dès l’allumage de la tablette. Et le système répond très bien aux sollicitations. La présence d’un processeur double cœur Tegra 2 et la quantité conséquente de RAM (1 Go et 32 Go de stockage) garantissent le bon fonctionnement et la fluidité de l’ensemble. Les différents bureaux de la tablette ont été très bien pensés, notamment grâce à cette dernière version d’Android. On apprécie le fait de mêler à la fois les widgets et les raccourcis. Malheureusement, aucun dossier ne peut être créé sur ces bureaux, ce qui est d’autant plus dommage que cette fonctionnalité existe sur les smartphones Android. Le navigateur web est ce qui fait de mieux puisqu’il est compatible avec Flash et offre la même ergonomie que celui d’un ordinateur. La Slider profite d’un très bon jeu d’applications, Polaris pour la suite bureautique, MyNet pour vous rendre directement à vos contenus multimédias et les partager en réseau local ou encore MyCloud pour récupérer vos contenus depuis n’importe quel endroit du monde.

Multimédia convaincant

Le multimédia, quant à lui, n’est pas en berne grâce à un capteur photo autofocus de 5 mégapixels. Le rendu des photos est correct, mais ne permet pas de réaliser des clichés de très bonne qualité. On se passera de lecteur vidéo pour se contenter d’une simple visionneuse de photos/vidéos. La Slider ne gère que des formats de base comme le MP4 et le 3GP. En revanche, vous trouverez certaines applications gratuites pour compenser ce manque telles que Mobo Player.

Asus a pensé à ceux qui hésiteraient encore une entre un netbook ou une tablette. Formidable alternative, la tablette tient près d’une journée en utilisation intensive. Le clavier greffé est assez convaincant, au même titre que le socle amovible de la Transformer. Le clavier virtuel concocté par Asus, quant à lui, est indiscutablement étonnant. Pour 499 euros, l’EeePad Slider est une très bonne tablette tactile quasi identique à la Transformer, idéale pour tous ceux qui ne peuvent se passer d’un clavier.

En détail

          Honeycomb

Un widget bien pensé permet de regrouper automatiquement les favoris du navigateur. De plus, il est très agréable de pouvoir mêler à la fois les widgets et les raccourcis.

          Flash

Le navigateur Android est compatible avec le mode Flash, ce qui permet de surfer en toute tranquillité sur les sites web.

Notre avis :

Asus a remporté le pari en voulant à tout prix se démarquer de la concurrence. L’EeePad Slider est une alternative efficace aux netbooks. Dotée d’un clavier greffé à double tranchant et d’un clavier virtuel (excellent), cette tablette représente également un bon rapport qualité/prix.

 

Les plus :

-       Qualité de l’écran

-       Bureau

-       Design

-       Concept inédit

 

Les moins

-       Qualité des photos et des vidéos

-       Peu d’applications disponibles sur Android 3.0

 

Caractéristiques techniques

Dim. (mm)    273 x 180 x 17.3 mm

Poids (grammes)     960

Taille écran 10,1 pouces

Nb de couleurs (M)   16

Résolution        1280 x 800 pixels

Bandes              -

3G/3G+     Oui/Oui

Bluetooth/Wi-Fi          Oui/Oui

GPS Oui

Appareil photo 5 mégapixels

Lecture audio/vidéo  Oui/Oui

Enreg. Vidéo     1280 x 720 pixels

Mémoire interne (Go)        32 Go

Carte mémoire          Oui

OS    Android Honeycomb 3.2

Ampérage (mAh)      NC

DAS (W/kg)       -

Auto. Appel/veille 8 h / 16 H

Autonomie testée     9 h


Auteur : Marie Ciolfi